La démarche

Le groupe Patriarche, le consultant JLM Conseil, France Urbaine et la Banque des Territoires - Groupe Caisse Des Dépôts, chacun dans son champ d’activité, participent quotidiennement au développement économique des territoires.

Après avoir réalisé, en 2022, un référencement des lieux de l’innovation nationaux, notre équipe explore cette année l’industrie française dans tous ses états.

En parcourant la France à travers ce prisme des « lieux qui changent l’industrie », nous avons voulu non pas caractériser l’industrie tout entière, mais révéler, mettre en perspective des lieux qui l’incarnent, la stimulent et l’hébergent.
Ce sont tous des espaces de projets, de ressources et de démonstrations qui servent de porte-drapeaux opérationnels. Un segment essentiel de la fabrique de notre territoire, dans toute sa diversité.

Enfin, à travers cette démarche, nous souhaitons ouvrir un débat sur les difficultés, les perspectives, les services, les modèles d’exploitation, les modalités d’ancrage immobilier et territorial de ces lieux qui changent l’industrie en France.

Vue sur le parc Sud et la Halle 07 du site Novaciéries à Saint-Chamond © D. Grand

Le constat

L’industrie retrouve le devant de la scène et fait l’objet depuis plusieurs mois d’une attention soutenue de la part de l’Etat, comme des collectivités régionales et locales, sur des enjeux variés : rareté du foncier, écosystèmes d’innovation, refonte des modèles industriels, formation…
Les projets industriels, pour les plus visibles, incarnent une préoccupation partagée de souveraineté économique et industrielle, avec un accent mis sur quelques-unes des filières stratégiques : mobilité, bâtiment, biotechnologie, semi-conducteurs, agroalimentaire…
La question énergétique est devenue tout aussi cruciale pour l’économie productive, comme le sont les difficultés de recrutement, à tous les niveaux, dans tous les secteurs, dans un contexte économique chahuté et un climat international fragile.

En parallèle, la société civile se familiarise à nouveau, peu à peu, avec l’objet industriel longtemps invisibilisé. Les liens étroits que les filières et les territoires ont entretenus se réactivent au gré d’histoires industrielles coécrites. Les collectivités sont, dès lors, en première ligne dans ce processus, tant l’impact sociétal est essentiel pour remettre l’industrie dans la proximité géographique et culturelle des Français.

Ces récits industriels révèlent en creux l’injonction à une transition environnementale pour les entreprises, par leurs propres modes de fabrication, leurs process en cours de décarbonation, leur immobilier en restructuration et les stratégies d’un développement encore acceptable au temps de la sobriété foncière. Une partie du problème, une partie de la solution.

Les chantiers sont colossaux et vont occuper dans la prochaine décennie les entreprises comme les acteurs publics. La nouvelle qualité industrielle française est le produit d’une intelligence collective entre les acteurs des territoires pour armer en compétences, en innovation, en solutions immobilières et foncières les écosystèmes locaux.

Coulage des assisses du modèle Gravêne de Maximum avec de la poudre plastique - rebus de l’industrie plasturgique, Ivry-sur-Seine © Patriarche.

La transformation des industries et de leurs écosystèmes 

La transformation industrielle française est en route avec des priorités affichées sur la décarbonation et la digitalisation. Cette transformation devient un impératif de compétitivité et d’acceptabilité, mais ne reflète pas complètement l’ampleur des mutations qui affectent l’industrie aujourd’hui.

L’industrie est elle aussi concernée par la dynamique actuelle de coopération territoriale. Bien qu’inégaux sur le sujet, les écosystèmes industriels locaux forment des points d’attache solides pour le développement de nouvelles industries. Les acteurs locaux n’ont de cesse de déployer des moyens pour renforcer et visibiliser les qualités d’innovation du territoire à travers les technopoles, les plateformes technologiques, les incubateurs et espaces d’innovation, objet de la précédente publication des 25 lieux qui continue de nous intéresser tant ces structures incarnent le lien entre innovation, industrie et territoire.
Une partie de l’industrie se transforme progressivement en une industrie de service et non plus strictement productive, : tour à tour, elle insuffle de l'énergie pour galvaniser les territoires, forme une nouvelle génération de techniciens et d'opérateurs, gère les déchets finaux, se fait porte-étendard économique…
Enfin, l’industrie dépend plus que jamais de la qualité d’animation et des offres servicielles proposées par les collectivités et les acteurs privés. Le cahier des charges du site industriel est révisé pour intégrer une meilleure accessibilité et une certaine visibilité en complément d’aménités : commerces, services de proximité...

Ce changement de paradigme requiert de penser des sites dédiés à l’industrie dans des environnements de plus en plus denses, caractérisés par une proximité avec d'autres fonctions des territoires.

Extraction des composants silicium pour la fabrication de la montre TheTimeChanger de SilMach, Besançon © L. Cheviet

Assemblage de la gaine tressée à des embouts pour former des sandows de Sandow Technic, Clichy © Sandow Technic

Les lieux de l’industrie

Notre parti pris est simple : montrer, susciter l’intérêt et mettre en valeur l’industrie en France.

Il s’agit ici de présenter des projets industriels divers dans les territoires, des parties prenantes d’écosystèmes, des projets innovants d’un point de vue technologique et sociétal. Nulle ambition de démonstration exhaustive ou de représentation statistique de l’industrie, uniquement une envie partagée par les acteurs de promouvoir une image des lieux qui changent l’industrie.

Nous avons voulu montrer aussi la diversité des investissements, laquelle fait la qualité globale de l’industrie : des investissements dans la transformation et le développement avec des grands projets industriels, des investissements dans l’innovation fortement axés sur une industrie plus verte, des investissements dans l’animations pour renforcer les écosystèmes et, enfin, des investissements dans la recomposition urbaine, via l’aménagement et la promotion de nouveaux programmes immobiliers.
C’est cette diversité, qui bâtit la compétitivité de la France industrielle sur l’ensemble du territoire national. Les lieux de l’industrie sont aussi bien loin de l’image standardisée de l’usine enclavée dans la zone industrielle.
Ces lieux sont aussi des bâtiments réhabilités ou des constructions ad hoc qui accueillent une industrie naissante ou en développement dans des ensembles offrant une multitude de services : conseil, formation, services supports... Ils réactivent, par moments, des bâtiments iconiques de la nouvelle industrie dans le milieu urbain.
Ils représentent également de véritables quartiers mixtes ou des sites en transformation qui portent l’image de l’industrie. Dans une véritable typologie immobilière émergente, les industriels se regroupent autour de services et de projets.
Ces lieux de l'industrie engagent la restructuration des sites industriels majeurs du territoire, souvent réduits et morcelés à mesure du déplacement des entreprises résidantes.
Ils sont, enfin, le résultat des processus industriels adoptant des formes particulières qui prennent en compte les contraintes de la production. Ils se verticalisent et se compriment pour s’adapter à l'ère de la sobriété foncière.

Une géoéconomie industrielle se dessine, avec ces lieux qui s'éloignent de l’image commune des sites d'activités (un bâtiment en zone industrielle) pour former un kaléidoscope de situations territoriales. L’industrie est en train d'inventer les espaces par nécessité et par hybridation avec les autres activités économiques : la logistique, la recherche, la formation, les services, les commerces et le logement, par exemple.

Ligne de montage de Moustache Bikes, Thaon-les-Vosges © Moustache Bikes

Façade sud avec les portes sectionnelles du Brick, Nantes © V. Joncheray

Vue aérienne du site Blue Paper, Strasbourg © Blue Paper

Notre approche

Notre approche a été de sélectionner, parmi près d’une centaine identifiée initialement, 25 lieux qui, par leur organisation, leur modèle, leur offre de services, leur ancrage territorial, portent chacun un aspect distinct du portrait de l’industrie française.

Ces 25 lieux racontent les changements de paradigme industriels à l'œuvre, sans prétention d’exhaustivité ou de hiérarchie. Les choix sont le résultat de notre premier niveau de lecture, complété par un comité d’experts, et, enfin, validé par les entreprises et opérateurs, en collaboration avec les collectivités impliquées, que nous avons systématiquement rencontrés sur leur terrain d’action.

Cette « revue de lieux » ne nous a pas permis de mettre en évidence un « patrimoine génétique commun », mais manifeste au contraire en faveur de la diversité des lieux d’industrie, et tend à redessiner une figure du site industriel commun.
Notre démarche s’est également heurtée à différents écueils, comme la difficulté de rencontrer et de contacter les opérateurs de ces lieux – habitués pour certains à la discrétion, ou tenus à une communication ancrée dans la stricte opérationnalité industrielle. Les collectivités locales et les développeurs économiques des territoires ont été un levier d’interaction essentiel pour s'adresser à ces industries. Ensemble, nous souhaitons, via cette démarche, révéler une industrie souvent discrète, pourtant bien à l’œuvre dans nos territoires.
Enfin, ces projets illustrent, bien sûr, la qualité de l’initiative privée, des entrepreneurs, mais aussi la qualité des montages public-privé, celle des appuis publics sur les projets pour supporter ces opérations dans le temps long. En ce sens, nous avons souhaité présenter des réalisations industrielles diverses, mais pas uniquement des « victoires » technologiques ou financières ni des champions internationaux de l’industrie 4.0.

C'est plutôt un portrait composite, témoin de la multiplicité de situations et de projets qui sont en train de faire l’industrie en France.

Espace extérieur du B612 à Toulouse © Patriarche.

Vue aérienne du site Pfeiffer Vacuum à Annecy © Pfeiffer Vacuum

Cette sélection des 25 premiers lieux de l’industrie est la seconde étape d’une démarche qui a vocation à s’actualiser tous les deux ans, en continuant de s’enrichir. Le dialogue avec les parties prenantes, collectivités et entreprises, sur l’analyse des facteurs clés de réussite et aussi des risques ou facteurs limitants de la fabrique du territoire est, dès lors, un travail indispensable.